Déjà fini!     Avec l'arrivée de septembre, l'été 99 passe à l'histoire avec ses canicules, ses périodes de
sécheresse et la fin des vacances. La rentrée signifie aussi la reprise des activités radioamateurs alors que les réunions de clubs recommencent, pour la plupart à cette période.

Chez RAQI aussi, nous avions un peu ralenti nos activités pour la saison estivale. Nous sommes maintenant d'attaque pour reprendre le collier et nous prévoyons des choses excitantes et emballantes pour les mois
à venir.

L'événement le plus prévisible et pour lequel nous nous préparons depuis plusieurs mois déjà, sera le passage à l'an 2000. Beaucoup a été dit et écrit sur ce sujet et je n'ai pas l'intention d'analyser ici les chances qu'il y ait ou pas des catastrophes qui se produisent
à ce moment-là.

Il reste cependant que depuis la fin de l'hiver dernier, les radioamateurs ont été contactés par une multitude d'organismes, qui, tout en disant qu'ils ne prévoient pas de problèmes au
premier janvier prochain, ne veulent prendre aucune chance et prévoient des moyens de communications alternatifs pour l'occasion.

Nos partenaires habituels, tels que la Sécurité civile, le réseau de la santé, la Croix-Rouge et plusieurs municipalités,
ont été privilégiés et nous sommes à planifier les derniers détails des actions qui ont été décidées avec ces partenaires. D'autres organismes publics ont aussi
soudainement pris conscience de l'existence des radioamateurs et des services que nous pouvions rendre à la population en cas de sinis­ tre.

Les diverses références aux radioamateurs dans les rapports officiels des événements comme le Saguenay et le verglas, ont sans
doute aidé pas mal à nous faire connaître dans les officines intéressées aux communications d'urgence. Nous sommes donc devenus très populaires.

Je vous ai déjà parlé de ce sujet et je crois très important de vous mettre en garde encore une fois. Comme nous sommes très en demande, il serait très facile de prendre des engagements que nous ne pourrions pas remplir par la suite, faute d'opérateurs disponibles. Les clubs qui sont contactés par un corps public devraient en premier lieu évaluer le plus justement possible, et
même avec conservatisme, le nombre d'opérateurs qui seraient disponibles s'il nous était demandé du service actif au Jour de l'An prochain.

Un autre point très important, est de ne jamais promettre un nombre précis d'opérateurs déployés, ni de temps limite pour le faire. N'oublions pas, que nous sommes des bénévoles et que nous sommes d'accord pour aider nos concitoyens, selon nos disponibilités.

Pour ceux qui voudraient prendre entente écrite avec un organisme et qui désireraient voir un exemple de ce genre d'entente, vous n'avez qu'à communiquer avec votre Coordonnateur régional local du réseau d'Urgence de RAQI, qui prendra les dispositions à cet effet.

Environnement Canada

Cet été, je me suis rendu à Rimouski pour rencontrer des représentants d'Environnement Canada qui voulaient me voir. Voici leur problème.

Les renseignements fournis par les équipements satellitaires qu'utilisent les services météorologiques canadiens, deviennent de moins en moins précis en allant vers les latitudes nordiques. Si j'ai bien compris, ce serait dû à la courbure de la terre et au fait que les satellites sont placés à l'équateur (j'espère ne pas avoir écrit une ânerie). Ces
informations sont critiques pour qu'Environnement Canada puisse émettre des prévisions météorologiques justes et ponctuelles.

Bien qu'EC possède plusieurs sources d'informations autres que les satellites, l'immensité du territoire à couvrir et à observer, fait qu'il y a de grandes régions d'où ils reçoivent peu ou pas d'information. Ils sont donc à la recherche de sources additionnelles d'informations afin de pouvoir prévoir plus rapidement les événements de temps
violents et ainsi en avertir le public et augmenter les marges de sécurité.

Comme les radioamateurs sont déjà disséminés sur tout le territoire, que nous possédons déjà un équipement de communication et que beaucoup d'entre-nous avons le désir d'aider nos semblables, il a été suggéré d'établir un réseau d'alerte de temps
violents. Les observations pertinentes seront acheminées par radioamateur vers des points prédéterminés où des représentants d'Environnement Canada les prendront alors en charge pour les faire suivre vers les centres de traitement.

Comme il y a des radioamateurs qui sont à l'emploi d'EC, ils mettront le réseau en place en contactant des clubs dans les régions où ils auront besoin d'assistance. Ils verront aussi au recrutement ainsi qu'à l'entraînement des recrues. Le tout sera basé sur les réseaux Skywarn américain et Canwarn qui existent dans certaines autres provinces canadiennes. Je
suis certain que ceux qui se joindront à ce groupe y trouveront de grandes satisfactions.

Industrie Canada

Vous n'êtes pas sans vous apercevoir que la radioamateur n'est plus ce qu'elle était. La radioamateur n'est plus ce qu'elle devrait être. Il y a de plus en plus de détenteurs d'indicatifs VE2/VA2 qui agissent de façon incompatible avec l'esprit de ce qu'est la radioamateur.

Plusieurs se servent du privilège qu'ils ont de pouvoir communiquer sur les ondes, pour exprimer de la rancoeur ou même de la haine envers d'autres radioamateurs. Les cas d'interférences malicieuses se
multiplient. Il y a des individus qui sont ciblés et chaque fois qu'ils entrent en ondes, ils sont bloqués par une porteuse.

Certains individus se sont déclarés surveillants du spectre et appliquent des règlements, qui sont  pour le moins élastiques. Des individus et même des clubs installent ou déplacent des répéteurs sans référer à la coordination des
fréquences et briment les droits des autres amateurs de jouir de leur hobby préféré.

Des plaintes farfelues sont faites à Industrie Canada qui doit allouer des ressources importantes pour effectuer des enquêtes inutiles, et quand ils ne reçoivent pas une réponse rapide ou qui ne les satisfait pas,
ils écrivent immédiatement au ministre. Ces lettres au ministre, écrites pour des raisons futiles, sont devenues une plaie chez Industrie Canada. Habituellement, la réponse à une lettre au ministre sera composée par celui-là même qui vous aura donné
votre réponse originale. Jamais, une de ces lettres de plainte n'a fait renverser une décision. Le seul résultat de ces lettres, est que la perception des radioamateurs chez Industrie Canada, devient de moins en moins bonne et ils sont de moins en moins
empressés à nous donner les services auxquels nous serions en droit de nous attendre.

Réveillez-vous! La pratique de la radioamateur doit revenir à ses valeurs de base. Nous devons redevenir une fraternité
homogène et harmonieuse, afin que tous puissent pratiquer librement et sans entrave notre mode de communication préféré. Il appartient à chacun de nous, de faire comprendre aux cas problèmes, hors des ondes, que nous n'acceptons plus les écarts de conduite,
l'individualisme coupable ou les petites guerres personnelles.

Je sais que la très grande majorité des radioamateurs ne sont pas visés par ce qui précède, mais, ces quelques-uns à qui le chapeau fait, sont assez
pour envenimer l'existence des autres et c'est pourquoi, la majorité silencieuse doit reprendre la barre, sans quoi, dans quelques années, la radioamateur ne sera plus qu'un souvenir nostalgique.

Daniel A. Lamoureux, VE2ZDL

Président - RAQI



Mot du président août-septembre 1999 vol 24 no 3

Sniff...