Mot du président octobre 2015

C’est la première fois que je m’adresse à vous à titre de président de RAQI pour l’année 2015-2016. Permettez-moi de me présenter très brièvement. Ingénieur en structure de profession, radioamateur depuis 25 ans, membre du CA de RAQI depuis 12 ans, quatre fois président d’un club radioamateur et un an vice-président de RAC. Mon expérience de radioamateur m’a permis d’explorer différentes facettes du monde radio amateur et surtout de la fragilité de ce loisir scientifique et culturel.

Si vous êtes astronomes amateur, il vous suffit d’avoir un télescope pour scruter le firmament et personne ni rien ne peut vous empêcher de le faire si ce n’est les nuages. En radioamateur c’est tout autre chose, si on vous enlève votre licence, vous n’avez même plus le droit de posséder un radio avec une fonction de transmission et si on vous enlève les bandes réservées aux radioamateurs vous ne pouvez plus rien faire avec vos radios.

Malheureusement de nombreux radioamateurs considèrent que notre indicatif d’appel, nos bandes de fréquences sont des droits acquis et que quiconque voudrait nous les enlever aurait affaire à la cour suprême.

Nous n’avons pas de droits, nous n’avons que des privilèges que nous pouvons perdre en tout ou en partie et que nous devons défendre jalousement. Il suffit de penser aux bandes 40 M et 1.25 M pour lesquelles nous ne sommes plus utilisateurs exclusifs sur une partie de la bande. Certaines de nos bandes sont convoitées par le commercial et si vous suivez un peu ce qui se passe du côté commercial vous savez combien de centaines de millions de dollars certaines compagnies versent à la demande du CRTC pour avoir de nouvelles plages de fréquences. De quoi faire saliver un gouvernement...

Pensez aussi à ce qui est arrivé au CB, plus besoin de licence, n’importe qui peut transmettre, il suffit d’acheter un appareil et d’être assez vieux pour savoir parler et vous voilà en affaire. Pas trop grave, à 4 watts (officiellement) tu ne déranges pas trop loin. En VHF et UHF à 50 watts, on ne va pas trop loin non plus à bien y penser...

Les examens pour l’obtention de la licence de base se sont assouplis de façon incroyable dans les 50 dernières années et si cela continue il suffira de savoir parler pour utiliser ces bandes... et que penser des plaques automobiles personnalisées à votre indicatif d’appel? RAQI a eu à défendre ce privilège dans le passé et il faudra certainement le défendre encore dans un avenir plus ou moins rapproché.

Un mouvement s’est amorcé il y a quelques années pour regrouper les radioamateurs afin d’augmenter leur pouvoir de négociation pour protéger leurs privilèges. L’idée de base est que tous les radioamateurs devraient faire partie d’un club et tous les clubs devraient faire partie d’une organisation provinciale laquelle organisation ferait ultimement partie d’une organisation nationale. Le radioamateur reçoit de son club des services de proximité comme les répéteurs, les groupes d’urgence locaux, les activités sociales, les activités en support à sa communauté. L’organisation provinciale supporte les clubs, par des assurances collectives à bas prix, par la coordination des fréquences, par la négociation avec les ministères provinciaux pour l’établissement d’un réseau provincial tel que RTQ ou les plaques automobiles, la production d’un bottin des répéteurs et biens d’autres choses. Au niveau national c’est la négociation avec Industrie-Canada, et la participation aux instances internationales, toujours pour la défense de nos privilèges.

La sollicitation faite auprès de plusieurs clubs pour joindre ce mouvement dans lequel, pour un montant réduit, tous les membres du club sont membres de RAQI n’a pas eu la réponse escomptée. Je crois que la majorité des radioamateurs comprennent le besoin de regroupement, mais certains membres influents refusent que leur club suive le mouvement de regroupement tel que présenté pour toutes sortes de raisons valables et non-valables. Il faut comprendre que la situation actuelle est une situation de transition. Le but visé pour regrouper les radioamateurs n’a peut-être pas été assez présenté. Une fois la majorité des clubs embarqués, l’idée est de repenser complètement RAQI.

Nous l’appellerons RAQI 2.0 pour le moment. Il y aura autant de différences en le RAQI actuel et RAQI 2.0 qu’il y en a entre le Madrid du passé et le Madrid 2.0 pour ceux qui le connaissent.

Votre CA va donc se pencher à définir RAQI 2.0 le plus rapidement possible. L’exécutif de RAQI a déjà commencé le travail et nous souhaitons vous présenter le squelette de ce nouveau RAQI rapidement.

RAQI 2.0 sera élaboré par votre CA et il ne faut pas oublier que les clubs partenaires sont membres de CA par l’intermédiaire de leur président. Donc le nouveau RAQI sera défini par ceux qui voudront joindre RAQI en devenant club partenaire. Le résultat ultime sera accepté ou rejeté par l’assemblée des membres du RAQI actuel donc ceux qui seront membres individuels de RAQI ce qui est le cas de tous les membres des clubs partenaires en plus de ceux qui le sont selon la formule conventionnelle. Je crois que cela mérite qu’on y réfléchisse.

Dès que nous le pourrons, nous vous donnerons de l’information additionnelle.

En attendant je vous souhaite les meilleurs 73

Guy Richard, VE2XTD
Président